Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



pathetique lylia

31 mai 2021

 

tout avait si bien commencé et me voila re-re-re-re commençant mes bêtises… je me décourage et je recule de ce qui pourrait éventuellement être quelquechose de bon pour moi… J’ai tenu 3mois littéralement pas un jour de plus. Je suis incapable de vouloir quelquechose de bien et raisonnable pr moi même.

Albane m’a dit récemment « je ne sais pas pourquoi tu te punis autant » et bien qu’elle ne soit pas psychologue a temps plein je pense qu’elle n’a pas tort. Je le sais depuis la création de ce blog et après ? ca changera quand ?

« Il faut travailler sur toi » disent-ils tous.. OK MAIS COMMENT

je me compare aux gens de mon entourage et le résultat c’est que je ne suis pas capable de tenir une promesse faites a ma propre personne.. Mais pour autrui  je déplacerai  des montagnes. C’ est répugnant. Vraiment je me dégoute et au meme moment ou j’écris ses mots j’ai rarement été aussi triste.

Je suis faible et je représente tout ce que ma mère déteste.

il y a quelques jours j’ai visionné la cassette de mon arrivé. Elle avait l’air si fière et si heureuse et chaque jours qui passent je la déçois encore et encore et encore et ça n’en finit jamais… et je me hais mais je me sens étouffé donc je recommence et je me hais et ainsi de suite… ca finira mal

Ils se complaisent dans leurs faux bonheur mais moi je n’y arrive pas et croyez moi quand je dis que j’aimerais vraiment faire comme si tout allait bien mais ca ne va pas.

Je suis triste, je suis vraiment profondément triste.

 

« cause everybody want something from me now, and i dont wanna let them down »

 

 

.
 

berkkkk

« J’avais tendance à me demander, est-ce que je me travestie avec ce groupe d’ami(e)s ou avec celui-là? Et puis j’ai compris que des parties de moi feraient certaines choses avec ce groupe et que d’autres aspects de ma personne feraient d’autres choses avec l’autre groupe. »

C’est ce que je veux retenir d’une conversation que j’ai eue il n’y a pas si longtemps. Et sur le fond, je suis d’accord. Sur la forme aussi. Quoique.
Le problème, c’est que la réponse était…. Primitive.
La terre, c’est salissant. Ok. Le fond est génial, mais un quelque peu démagos. Parce que nous sommes OBLIGÉS de repousser ou de nous restreindre face à eux. Donc tout ce que j’ai aimé entendre de cette jolie bouche, c’était sa vérité, mais ça ne peut pas être la mienne (En suis-je certaine?)
Non. Là, mon problème c’est comment prétendre être ok avec toutes ces conneries que j’entends à longueur de journée ?
Mais a contrario parfois, je me demande comment arrêter cet ethnocentrisme et me dire que peut être, ce sont les autres qui ont raison, mais mon cerveau me crie de cesser et de fuir.
Ce cri, c’est un instinct de survie, c’est un cri cru.
Je n’arrive pas à évoluer ailleurs, j’ai peur de ce que je ne connais pas. J’ai mis énormément de temps à accepter que je n’étais pas « aimé » dans mon environnement…alors tout recommencer. Non merci.

Je pense que l’identité, c’est primordiale. Finalement, ce n’est pas moi qui suis ethnocentrée. NON. Ce sont eux. Ce sont bel et bien eux.
Leurs codes sont les bons, leurs mots sont les bons, leurs habitudes, leurs taquineries, leurs violences et même leurs lents meurtres sont les bons.
Je ne veux pas faire partie de ce jeu, mais j’ai toujours voulu mieux et différent pour moi et mes proches.

Ce que je haïssais chez lui, je le veux chez un autre. Modérément. Mais donc, je ne le veux pas vraiment ? Désirer quelque chose de bien spécifique avec quelques modifications, ce n’est pas désirer cette chose. C’est désirer autre chose. Alors, je désire autre chose.

 

.
 

elle me hante

Ma mère me hante.
Ses mots, ses leçons de vie. Je me revois jeune dans un bus, direction je ne sais où, à l’entendre me parler du bien et du mal, que tout le monde se vaut et que personne ne doit rabaisser quiconque. Que jouer d’une situation en sa faveur peut vite devenir malsain et que quand quelqu’un parait étrange, on ne le regarde pas avec insistance de peur que cette personne ne soit offensée.
Elle m’a appris à donner de mes biens aux plus nécessiteux, à écouter d’une oreille vierge et répondre d’une bouche plus vierge encore.
De ne pas mentir, voler, violer, tuer, cacher, comme à tous les autres enfants du monde, mais elle, ses mots, son insistance.. C’était différent.

Tous ces efforts, ces heures d’écoute et d’imprégnation de toutes ces grandes valeurs si humanistes qu’elle brandissait fièrement. Tout ça pour quoi ?

Un beau jour, j’ai réalisé qu’elle n’était plus qui elle était.
Qu’elle ne me faisait plus rêvé et que pire, je n’avais plus l’image que j’avais d’elle.
Qu’elle était devenue dure, froide et parfois méchante.
Qu’elle était déçue de moi et de sa vie peut-être ?
Que je n’étais pas l’enfant voulu.
Qu’elle avait eu la « chance » de pouvoir choisir son enfant et que la guigne la poursuivait. Que même son propre choix finit par la décevoir. Que j’étais ingrate et menteuse.
Elle conseillait à mon père de ne pas me donner d’importance. Que je le manipulais, mais qu’il était trop « bête » pour le voir. Qu’elle percevait à travers mes sortilèges et qu’elle ne baisserait pas la garde face à moi. Disait à ses collègues que j’étais « une cause perdue ».
J’étais autrefois son cadeau de Dieu et je suis devenue l’ennemi qui habitait ses murs.
Récemment, on m’a dit qu’elle n’avait peut-être jamais eu ces qualités-là. Que je l’avais imaginé.
Et moi, j’espère que si, j’espère qu’elle les a perdues.
Que je n’ai pas inventé cette image de la mère parfaite, car putain, elle l’était.
Vous comprenez donc que la déception n’est que plus douloureuse une fois la perfection atteinte.

.
 

a majuscule

En vrai, je suis une passionnée de l’Amour grand A.
Je ne parle pas d’une banale romance avec pour narrateur l’un des protagonistes.
Je parle de l’amour « fou » ou « irrationnel » que la société pourrait ne pas tolérer.-
Je parle de l’amour que la mère portera inconditionnellement à un enfant qui vient de commettre l’irréparable.
Je parle de l’amour d’une personne à son partenaire malgré les nombreuses fautes. 
Je parle de l’amour d’un individu pour qqch qui le mènera à sa perte quasi-certaine.
Je parle d’un Amour si fort que la raison paraîtrait ridicule à côté…négligeable.
Je pense que je suis obsédée par ce thème psq j’ai tjrs aimé à l’excès. J’ai surtout toujours aimé l’excès en soi;
Et ce dans presque tous les thèmes de ma vie : mes rares hobbies (l’écriture, la lecture), mon unique amour, mon ego si compliqué à comprendre car absurde voir illégitime.
Alors, en observant ces systèmes, je m’analyse. Je dissèque le comportement des autres pour mieux me comprendre, m’élucider.
Récemment, on m’a dit que j’étais folle. De manière très sérieuse, on m’a parlé de ces « deux » aspects de moi. Cette conversation n’a pas été poussée à bout, mais suffisante pour confirmer mes dires.
Depuis 2013, je parle d’ambivalence car je me connais.
-

À défaut de comprendre ce qui m’entoure (mon jeune âge ou mon impertinence), je me comprends.

.
 

plus d’un an après

Auparavant, j’aurais écrit sur bcp trop de détail inutile sur cette année de silence. Je me contenterais de dire que j’ai tourné la page d’un très beau livre.

« You can think you are in love when you’re really just in pain. »

Le but c’est d’être avec quelqu’un qui voudra ton bonheur autant qu’il chassera le sien.

Tout le monde peut être potentiellement quelque chose (mari, ami(e), associé..). Ce que l’on recherche c’est avec qui on peut partager des valeurs et avec qui on peut visualiser son futur, ses projets, des rêves.

Quand on l’a trouvé, ça n’est pas nécessairement qqn qui partage tes traditions, ta culture, ta classe sociale ou ton groupe d’amis. C’est surtout qqn qui te comblerait dans ton toi profond. L’enfant que tu étais et l’adulte que tu es devenu.

Cette personne que tu es au fond, c’est sur ça que tu devrais te baser quand tu fais ta recherche de moitié et rien d’autre.

« Better to have love and lost than never to have loved at all. »

Je pense qu’aucun de nous ne jouait, on s’aimait. Le plus important, aujourd’hui, est que j’accepte que tout était vrai et que tout est fini.

« J’ai tout laissé dans le but de te plaire, mais tu es resté de marbre et de pierre »

**

J’ai une amie, une nouvelle personne dans ma vie que je chéris. Un signe de Dieu. J’ai perdu l’amour et quelques mois après j’ai gagné l’amitié. Une amitié sincère et sans paillette avec ses vices et les miens, des heures d’échange et d’honnêteté servies sur un plateau. Mon année n’aurait pas été la même sans elle et mon futur ne sera définitivement pas le même sans elle.

**

Je prépare un projet. Un blog 2.0. J’attends de voir quelles sont mes options et je ferais un article explicatif ici même.

.
 
1234

Blog du niveau intermédiaire |
Souslesspotlight |
CONSEIL MUNICIPAL ENFANT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kitchensets4
| Pefalajumenterie
| Cpscout